C’est quoi un produit dérivé?

C’est quoi un produit dérivé? Sérieusement? Sérieusement, tout le monde (enfin tous ceux qui lisent ce blog), sait ce que c’est qu’un produit dérivé. Eh bien figurez-vous que ce n’est pas si évident. Si peu évident, en fait, que l’ESMA (European Securities Market Authority), dans une lettre adressée à la Commission européenne, demande à celle-ci des clarifications.

Le problème de l’ESMA vient de ce qu’elle est en charge de faire appliquer la nouvelle réglementation EMIR, qui stipule que toutes les transactions portant sur des produits dérivés, listés ou OTC, doivent être enregistrées dans des référentiels (trade repositories) par les parties engagées dans le contrat.

Le texte de la réglementation EMIR ne définit pas explicitement les produits dérivés mais fait référence à la MiFID pour cela, plus précisément aux items (4) à (10) de la Section C de l’annex I de la directive. Or que trouve-t-on dans les points (4) à (10), etc?: « Options, futures, swaps, forward rate agreements and any other derivative contracts… ». Bref un produit dérivé c’est une option, un future, un swap, un contrat à terme… ou tout autre produit dérivé! Nous voilà bien avancés.

Un produit dérivé c’est une option, un swap, un future, un contrat à terme… ou tout autre type de contrat dérivé!

Si l’on rentre un peu dans les détails, on s’aperçoit que la liste englobe, suivant les cas, des produits pouvant être liquidés en cash ou physiquement, ou les deux, ou suivant le souhait de l’acheteur. Bref cette soit-disant définition laisse la porte grande ouverte aux interprétations.

C’est bien là justement que le bât blesse pour l’ESMA. En effet la MiF est une directive européenne. A ce titre, pour être applicable elle doit être transposée dans le droit national de chaque État membre. Chacun dispose donc d’une certaine marge de manœuvre dans son interprétation du texte. C’est ainsi que la FCA (Financial Conduct Authority), l’autorité de contrôle des marchés du Royaume Uni, a décidé de considérer comme des produits cash des contrats que d’autres considèrent comme des produits dérivés. Il s’agit en l’occurrence des swaps de change d’une durée de moins de 7 jours, et des contrats à terme sur matières premières réglés physiquement.

EMIR n’est pas une directive mais un règlement. A ce titre il est directement applicable, et de manière uniforme, dans tous les États-membres. Mais comment appliquer de manière uniforme un règlement dont le périmètre est mouvant selon les Etats? C’est ce que l’ESMA demande humblement à M. Barnier, commissaire européen au marché intérieur et aux services de lui faire savoir… Attendons la réponse de la Commission Européenne. Craignons qu’elle ne se mouille que le bout du pied, en répondant par une liste de produits, ce qui permettra de discuter à n’en plus finir chaque fois qu’on en inventera un nouveau, et non par une définition synthétique en une ou deux phrases.

C’est facile de se moquer. En fait il suffit de discuter avec deux ou trois collègues sur des exemples bien choisis pour s’apercevoir que définir un produit dérivé n’est pas forcément si évident. Le plus simple est sans doute de s’en tenir à la liste limitative suivante, mais sans fioritures: futures, contrats à termes, options, swaps, un point c’est tout.

Intellectuellement ce n’est pas complètement satisfaisant. On aime bien pouvoir donner une « vraie » définition, comme: « un produit dérivé est un produit financier dont la valorisation dépend de la valeur de marché d’un instrument sous-jacent qui peut être lui-même un instrument cash ou un autre produit dérivé ». C’est satisfaisant mais on paie cher cette satisfaction. Les ETF ou les CDO sont des instruments dont la valorisation dépend d’autres instruments. Sont-ce des produits dérivés pour autant? Certains vous diront que oui. Pourtant cherchez les dans EMIR vous ne les trouverez pas.

En effet s’il y a quelque chose de sûr, c’est qu’un produit dérivé est aussi un contrat, c’est-à-dire un engagement bilatéral entre un acheteur et un vendeur portant sur une certaine durée. Les ETF et les CDO sont des instruments négociables. Le contrat entre l’acheteur et le vendeur ne dure que pendant le délai qui sépare la conclusion de la vente et la livraison effective des titres. Il y a certes si l’on veut un contrat entre l’émetteur du titre et les porteurs mais celui n’est pas bilatéral mais multilatéral, et qui plus est anonyme.

Réciproquement, tous les contrats ne sont pas des produits dérivés. Ainsi certains diront que les repos et prêts-emprunts de titres sont des produits dérivés. Il est vrai qu’il s’agit de contrats bilatéraux. Mais la valorisation du contrat ne dépend pas directement de la valeur des titres échangés, ou pas seulement. Donc ce ne sont pas des produits dérivés.

Au final, nous proposerons que pour que l’on puisse parler de produit dérivé il faut que deux critères soient vérifiés simultanément:

  • il s’agit d’un contrat bilatéral portant sur une durée non nulle entre une date de départ postérieure à la date de négociation et une date de maturité
  • la valorisation du contrat dépend de la valeur de marché de l’instrument sous-jacent

Mais l’auteure de ces lignes ne prétend aucunement détenir la vérité absolue sur le sujet. Les remarques sont les bienvenues!

 

4 réflexions au sujet de « C’est quoi un produit dérivé? »

  1. Et bien merci pour cette mise au point. C’est vrai qu’on est toujours persuadé de savoir ce qu’est un produit dérivé, mais maintenant que j’ai lu ton article et bien…
    je n’en suis plus si sûr…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *