Les stratégies d'options

Un article de Addstones - Vanilla, spécialiste de l’intégration de solutions applicatives dédiées aux Systèmes d’Information de la Finance de Marché.

La page Options décrit le cas de base, c'est-à-dire celui de l'option standard d'achat ou de vente. On peut bien évidemment imaginer une infinité de payoff possibles. On va s'intéresser ci-dessous à quelques exemples usuels.

Binary ou digital options

Une option d'achat (respectivement de vente) binaire ou digital est une option qui verse 1 euro si le cours de l'action sous-jacente est au-dessus (respectivement en dessous) d'un prix d'exercice donné à la date d'exercice.

Options Flex

Le Chicago Board Options Exchange offre des options Flex sur actions et sur indices. Ce sont des options aux caractéristiques non standardisées. Ce sont par exemple les strikes ou les échéances qui sont différents de ceux qui sont proposés pour les produits standardisés. Dans certains cas, ces options peuvent être européennes, alors que celles qui sont cotées sur le marché organisé sont américaines. Les options Flex sont en fait une tentative des marchés organisés pour reprendre des parts de marché aux marchés de gré à gré. Les autorités de marché exigent cependant un volume minimal pour maintenir la négociation d'option Flex.

Bull et Bear spreads

Ces options sont des combinaisons d'options standards. Plus précisément, cette stratégie suppose d'acheter et de vendre deux options de même type et de même date d'exercice, mais de strikes différents. Le Bull spread correspond à un achat et une vente d'une option d'achat et le Bear spread est l'émission d'une option de vente et un achat d'une option de vente. Dans le cas du bull spread, l'investisseur s'attend à une hausse du cours du titre sous-jacent (et inversement pour le bear spread).

Butterfly et Condors

Le butterfly correspond à l'achat de 2 options d'achat (respectivement de vente) et l'émission d'une option d'achat (respectivement de vente). Très logiquement, le payoff a une forme se rapprochant d'autant plus d'un Dirac que les strikes sont proches. Cette stratégie sera choisie par un investisseur qui anticipe que le cours du sous-jacent restera proche du strike et ne bougera pas ni dans un sens ni dans un autre.

Un condor est une stratégie de butterfly mais avec 4 prix d'exercice et non 3 comme précédemment.

Straddles et Strangles

Le straddle est un portefeuille composé d'une option d'achat et d'une option de vente de même prix d'exercice. Cette stratégie sera choisie par un investisseur qui pense que le cours du sous-jacent va varier significativement sans savoir exactement dans quel sens. A l'inverse, un investisseur qui anticipe que le cours restera stable autour de la valeur du strike s'engagera dans la stratégie opposée.

Le strangle est exactement du même type mais les strikes de l'option d'achat et de l'option de vente sont différents. L'investisseur parie donc sur une variation plus importante du cours de l'action. Cependant, la perte, si le cours de l'action reste dans les valeurs centrales, est inférieure dans un strangle car l'investissement initial est moins élevé.

Le profil de gain d'un strangle dépend de la valeur séparant les deux strikes. Plus ils sont éloignés, plus l'amplitude de la perte est faible et plus la variation du cours de l'action devra être forte pour espérer engendrer un bénéfice. La vente d'un strangle est parfois appelée top vertical combination. Elle peut se révéler judicieuse pour un investisseur qui estime qu'une forte variation du cours de l'action est improbable. Néanmoins, comme pour la vente d'un straddle, c'est une stratégie risquée qui comporte un potentiel de perte illimité pour l'investisseur.

Strips et Straps

Un Strip consiste en un achat (position longue) sur une option d'achat (call) et sur deux options de vente (put) de strike et de dates d'échéance identiques. Un Strap est une position longue sur deux calls et sur un put de mêmes strikes et de mêmes dates d'échéance. Dans un Strip, l'investisseur parie sur une forte variation du cours de l'action, mais estime qu'elle est plus probable à la baisse qu'à la hausse. Dans un Strap, l'investisseur parie également sur une forte variation de la valeur de l'action. Mais dans ce cas, il joue surtout une augmentation du cours de l'action.

Calendar spreads

Les calendar spreads sont des stratégies impliquant des options de différentes dates de maturités mais de strikes identiques. Ces stratégies peuvent être utiles lorsque l'investisseur anticipe un mouvement du sous-jacent (et éventuellement le sens de ce mouvement) à un moment précis dans le futur, par exemple à l'occasion de la publication des résultats de l'entreprise, d'informations macro-économiques, de décisions etc. Plus la durée de vie de l'option est longue plus son prix est en général élevé. Par conséquent, un spread calendaire nécessite un investissement initial. L'investisseur réalise un bénéfice si le cours de l'action à l'échéance de l'option à courte maturité est proche du strike de cette même option. Cependant, une perte est constatée si le cours de l'action s'éloigne significativement de ce prix d'exercice, que ce soit à la hausse ou à la baisse.

Dans un neutral calendar spread, le strike est choisi très proche du cours actuel de l'action. Un bullish calendar spread implique le choix d'un prix d'exercice supérieur au cours de l'action. Enfin, un bearish calendar spread exprime le choix d'un strike inférieur au cours actuel de l'action.

Les calendars spreads peuvent être crées aussi bien avec des options de vente qu'avec des options d'achat.

Pour un reverse calendar spread, l'investisseur achète une option de maturité courte et vend une option de maturité longue. Un faible gain est obtenu si le cours de l'action, à l'échéance de l'option courte, est bien éloigné (au-dessus ou au-dessous) du strike des options. Cependant, l'investisseur subit une perte si le cours de l'action reste proche de ce strike.